Faste Tristesse

Faste Tristesse

 

Une chaleur orientale emplissait la salle du trône. Les colonnes de cette dernières, d'un bleu serein et pur, contrastaient avec les murs ocres, qui se ternissaient, presque fades. Cette pièce était comme un petit monde, et ce monde se mourrait. Les couleurs s'effaçaient, une à une, doucement, comme un foulard de soie qui aurait absorbé les lueurs et les éclats. Au fond d'une alcôve, un autel religieux semblait silencieusement implorer pour qu'on le regarde, antique vestige d'un culte presque oublié. Sa hauteur majestueuse n'était rien, rien, face à elle.

Magnifique, elle resplendissait d'une quasi-nudité précieuse et faste. La blancheur de son corps, douce et tendre, était une toile parfaite pour les joyaux qui l'ornaient. Malgré leur nombre, malgré leur faste, sa beauté propre n'était pas ternie. C'était trop et pas assez à la fois. Ses cheveux noirs et épais supportaient avec noblesse la lourde couronne de saphirs. Cette dernière semblait si pesante, si sérieuse, et c'était le poids du pouvoir, convert d'un drap de chagrin. La reine n'avait jamais été aussi belle que ce jour, elle que la tristesse embellissait, elle qui la portait comme un joyau de plus sur sa parure.

Personne n'avait rien dit ce jour-là, personne ne s'était opposé à la décision. A quoi bon de toute manière, le pauvre Faled était condamné d'avance. Seule la reine avait tenté de sauver son frère. Les accusations étaient pourtant lourdes, on ne tuait pas un homme sans impunité. L'histoire de ce meutre, tout le monde l'avait oublié, la rumeur d'un prince assassin couvrant toute forme de réflexion, toute forme de raison. On n'avait cure des motifs de cet acte.

Faled fut vite mis en prison. Sa petite cellule sombre et froide contrastait avec le faste aux nuances d'Orient du palais. Mais il semblait ne pas s'en soucier. Les gardes rapportaient qu'il continuait de sourire et de chanter, dans l'obscurité à laquelle il était condamné. D'aucun disaient que ses chants emplissaient le coeur des autres prisonniers, qui voyaient en lui une dernière lumière, une dernière chaleur, avant le froid de la mort.

Lors de son procès, la reine avait imploré, supplié, pleuré, avançant plusieurs preuves, allant même jusqu'a promettre mille richesses, mille trésors aux accusateurs de son frère. Mais ces derniers furent sourds à ses prières et flatteries. Il condamnèrent Faled à mort.

Quand la lame avait décapité Faled, on eut dit que c'était sa soeur qui en ressentait pour lui le froid mortel. Seule une larme avait roulé sur sa joue immaculée. Plus tard, lors des nuits suffocantes du palais, le souffle frais du vent chariait une odeur de trissesse et de larmes, et les douces douleurs des sanglots de la reine. Parfois, elle parlait seule, se maudissant. Mais le jour venu, elle conservait sa beauté innocente, dans ses parures nobles. Cependant, cela ne tint pas longtemps. Bientôt, elle se mit à blasphémer seule dans les couloirs du château.

Et ce jour-là fut pire. Quelques nobles et courtisans étaient dissiminés dans la salle mourante, tous vêtus de lourds drapés multicolores. On eût dit que par cet effort, ils voulaient être l'éclat qui raviverait la vie dans ces murs. Mais c'était là un bien maigre chatoiement comparé à la splendide folie de la reine. Cette dernière regardait le plafond, une lueur désespérée au fond du regard. Bientôt , elle leva son doigt vers un firmament invisible, et affirma devant tous que son frère les regardait avec horreur et déception. Dans son délire, elle soutint même que la tête de Faled, auréolée d'une divine lumière, saignait, et qu'une flaque rouge de mort s'étendait à ses pieds. Mais l'assemblée n'en eut cure, et resta muette face à ces paroles. Ils semblaient désincarnés, telles de simples statues de chair, dans un silence froid. Tout comme la pièce, ils étaient mort eux aussi. Seule restait la reine, parée de sa folie.

 

Par Léa

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site