VIII.Voyage

VIII. Voyage

« Quand les âmes s’égarent…»

 

 

Moments ailés voltigeant sur les ressacs du temps et de la pensée, les rêves passent, tels des papillons, lentement, élégamment, sur la pointe des pieds… Deux sons, un glas, le départ. Un léger air s’élève de la teinte du sable chanteur, l’aube miroite sur des vaguelettes nuageuses, et voilà. Le vent accompagne l’envol, portant les souhaits et les mots lors d’un voyage à dos de chameau.

 

Dunes arides sur revers de fortune, le paysage se dresse, puis s’affaisse, tel le dormeur en son lit, se laissant porter par les délires du rêve. Les pigments sulfures accompagnent la plume d’absinthe, dessinant l’absente senteur sur une toile d’espace. La fresque vivante reluit de fleuves des déserts, de trompe-temps. D’un coup, sans souvenirs, on suit la piste d’un mirage à travers les courbes des évènements.

 

Mais les rêves battent de leurs ailes, éclats d’atomes en plein air, les rêves sont ires, sont zèles, les rêves sont marbre et plaines… Les rêves torturent et guérissent aussi bien qu’ils accompagnent ou obstruent, mais les rêves… Restent. Les rêves sont beaux, éternellement beaux, dans leur noir ou leur blanc, et si l’onde amoureuse les fragmente en moments, ces parcelles d’instants s’immolent indéfiniment comme orfèvres à jamais dans le ruisseau du temps.

 

Le voyage continue. Le départ est une passe. Les âmes s’égarent quand les rêves se lassent.

Mais d’une page blanche, l’encre cendré s’est écoulée dans ces instants qui demeurent, beaux pour toujours, et dénués de personnes afin de trouver leur propre sens.

 

 

 

 

Le 14 Novembre 2013,

à Warwick.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site