VI.Visage

VI. Visage

« Quand on peint son portrait…»

 

 

J'oubliais, il fallait que je te dise,

Apres avoir lâché prise :

Cette nuit, j'ai été voir Séléné

J'avais en tête de lui demander

Comment elle t'avait façonné,

Et elle m'a tout raconté.

Elle m'a dit qu'elle avait déposé

Des papillons de nuit pour ta beauté,

Alors j'ai voulu vérifier

Et je suis venu mordiller

Tout doucement ces pointillés.

Elle m'a dit qu'elle avait tissé

Tes cheveux d'un mystère feutré

Couleur de l'orient sur pastel rosée

Alors j'ai voulu tout de suite caresser

Ce voile vénitien saupoudré

D'un fumet

De désir...

Elle a continué à tout me dire,

Notamment s'enhardir

Sur la difficulté à pâlir

Ton teint. Elle a peint ton sourire

Avec des plumes de comètes lampyres

Et éparpillés des poussières de feux

Sur tes joues, créer des jeux...

Je crois que j'ai arrêté de l'écouter

Je me suis dépêché de te retrouver

Pour tout découvrir de moi-même

Et te dire comme je t'aime ! ...

 

Mais le moment est passé,

Et je ne peux plus te trouver...

 

J'oubliais, il fallait que je te dise

A quel point tu m'électrises.

Le cadre était déployé

Sur des graviers de rosiers,

J'ai sorti une palette et des lais,

Je me suis mis à composer.

Sur la toile, je jetais des ires,

Je tournais, je passais, je dansais

Dans les recoins dénivelés

J'exprimais tendrement des désirs.

Sur la toile, avec joie, je peignais

Les restes épars de nos chemins,

J'imaginais des pieds et des mains

Là où le tableau s'arrêtait.

Sur la toile, sans détours, j'ai voulu

Dévoiler les sphères et les forteresses,

En fond, des vagues, un air de détresse,

Me rappelle et me jette, tempête révolue.

 

J'oubliais, il fallait que je te dise,

J'en ai perdu mon assise,

Il y a ce temps, cet instant,

Qui flotte un peu, un moment...

Il laisse l'artiste déposer des ombrages

Sur le portrait, avant de chuter du nuage,

Egaré dans les méandres de la pensée,

Il sait bien que tomber est un mal nécessaire,

Malgré tout, il s'accroche encore, encore ! Il sait

Qu'il ne lui reste que peu d'air avant la terre.

Mais il reste de l'eau sans pigments, sans couleur,

Pour diluer un peu les rêves avant les pleurs.

 

 

 

 

du 28 Mars 2012

au 9 Octobre 2013,

à Warwick.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site